logo_article

Accueil > Témoignages - paroles > A la rencontre de François, diacre et membre de Fondacio.

A la rencontre de François, diacre et membre de Fondacio.

FdeF François est diacre. Il est par ailleurs membre de Fondacio. Il raconte son cheminement.

Parle-nous un peu de ta jeunesse et ta formation ?
Je suis né en Algérie, pendant la guerre, au hasard des mutations professionnelles de mon père. J’ai passé pas mal de ma jeunesse en dehors de France. Mes parents n’étaient pas très pratiquants, mais comme cela se faisait à l’époque, ils ont tenu à ce que je sois confirmé et que je fasse ma « communion solennelle ». Bien qu’étant plutôt littéraire, mon père a fait de moi un bon matheux et m’a poussé vers des études de droit qui ne correspondaient pas du tout à mes goûts. Je ne les ai du reste pas terminées, et je suis finalement entré chez IBM où je me suis spécialisé dans l’utilisation des grands systèmes, essentiellement dans la région parisienne.

Dans un milieu peu pratiquant, comment es-tu revenu à l’Église ?
Ce n’est pas grâce au peu de caté à l’ancienne que j’ai suivi ! Je me suis marié religieusement avec Bernadette. Nos quatre enfants ont été baptisés, mais je portais alors encore des chaussures de plomb. La rencontre du Frère Olivier Botrel (un Franciscain qui a aussi été en mission à Palaiseau il y a pas mal d’années) et le témoignage de Bernadette engagée sans limites au service des autres m’ont beaucoup remué. Au cours d’un pèlerinage en Terre Sainte en 1980, j’ai fait l’expérience d’une foi personnelle, une foi qui ne vient plus de la tête, mais qui vous prend les tripes. Je me suis réellement posé la question, à quoi sers-tu, quel est le sens de ta vie ? Il m’a semblé nécessaire de devoir répondre à cette question dans l’éducation de mes enfants. Je ressentais alors une grande soif. J’ai trouvé une réponse à cette demande intérieure avec Fondacio, une communauté nouvelle dans laquelle j’ai fait une expérience profonde de Dieu. Et l’accompagnement d’Olivier m’a permis de m’intégrer dans la communauté paroissiale.

Et le diaconat ?
J’avais l’exemple d’un oncle diacre. Je me suis posé une première fois la question. J’en ai parlé à l’évêque, j’ai dû attendre, mais cette question a continué de me travailler. Confirmé par les interpellations de mon entourage, je me suis senti réellement appelé à me rendre disponible pour cette démarche. Bernadette a accepté de me suivre dans cette voie. Ma demande a été validée. Outre une indispensable formation biblique, la formation officielle se faisait alors sur 5 ans (4 week-ends par an). J’ai été ordonné en 4ème année, le 17 décembre 1995.

Quelles ont été tes missions depuis 1995 ?
J’ai oeuvré successivement avec les équipes diocésaines chargées des JMJ de 1997, de la pastorale familiale, des pèlerinages diocésains et du jumelage inter-diocésain avec Munich. J’ai été affecté pendant 6 ans au secteur d’Arpajon. J’y ai été la cheville ouvrière du parcours de catéchèse pour les parents demandant le baptême pour leurs enfants.
A côté de cela, j’ai suivi tout le chemin de Compostelle au départ du Puy. Toutes ces semaines passées à marcher ont été un temps particulièrement fort pour progresser, à la suite du Christ, sur le chemin de l’amour.

Et aujourd’hui ?
je suis envoyé en mission sur le secteur de Palaiseau. Bien sûr, je vais être amené à y célébrer des baptêmes, des mariages et des funérailles. Je vais avoir une attention particulière pour les mouvements de solidarité. Enfin, j’ai intégré l’équipe qui assure la catéchèse des fiancés.
Au plan des engagements plus personnels, je fais partie de l’Hospitalité diocésaine qui accompagne les malades à Lourdes. Avec Bernadette, mon épouse, nous sommes membres actifs de Fondacio. Nous sommes en train de démarrer un groupe fraternel ; une fraternité de couples devrait suivre dans quelques mois. Nous sommes également responsables depuis trois ans d’un Parcours Elle et Lui (l’une des propositions de l’Association Alpha). C’est un parcours dirigé vers des couples, jeunes ou moins jeunes, qui veulent consolider la qualité de leur relation. Ce n’est pas un parcours d’évangélisation, mais on y déploie des valeurs chrétiennes au cours de sessions limitées dans le temps (soirées étalées sur 3 mois).

Quels sont tes passe-temps ?
J’essaie de prendre régulièrement un peu de temps pour courir ou marcher, et pour jardiner. Et j’entretiens un blog : « Le jardin du Pèlerin » où j’allie poésie, prière, commentaires d’évangile, photos d’ici ou d’ailleurs.

Propos recueillis par Bernard Coutin pour le Paroisses infos de Palaiseau – Villebon – Villejust

Nous vous invitons à visiter le blog de François —> http://le.jardin.du.pelerin.over-blog.fr/

Evénements
août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020




Coordonnées : Maison Notre Dame - 23, rue de l'Ermitage - 78000 Versailles | Mentions légales | Conception réalisation | Contact