logo_article

Accueil > Actualités > Actualités récentes > Des échos du week-end sur le thème de l’angoisse

Des échos du week-end sur le thème de l’angoisse

"L’angoisse, problème psychologique - Question spirituelle"

« Pas piqué des vers ! » (sic Nicole Fabre, une intervenante du week-end), le thème de l’angoisse a rassemblé 80 personnes venues des quatre coins de France et de Belgique mi mars à l’Ermitage à Versailles. Essentiellement des accompagnateurs spirituels, thérapeutes et coachs, avec également quelques personnes en responsabilité pastorale.

« Comme Tintin, sauf que je commence plus tôt, avant 7 ans, et termine plus tard, après 77 ans ! » : d’emblée, Nicole Fabre, une des deux intervenantes du récent week-end organisé à l’Ermitage, adopte une posture simple et souriante lorsqu’elle se présente comme psychanalyste et thérapeute pour enfants et adultes, en plus de ses enseignements au Centre Sèvres et de ses activités d’auteur (plus de 20 livres à son actif…).

Une question, une conviction !
Leur duo, avec Jean-Marc Liautaud, théologien, permanent de Fondacio, a séduit le public par sa pertinence, sa complémentarité, et une façon vivante et impliquée de réfléchir à cette question si centrale sur un parcours d’humanité éclairée.
Une pédagogie stimulante a permis au groupe de co-construire les échanges. Les apports théoriques au plan psychanalytique, psychologique, philosophique et spirituel, ont alterné avec des moments de travail et d’échanges en petits groupes de six. Ces derniers, libres dans leur gestion, avaient pour unique contrainte de produire, chacun, une question et une conviction par séquence de travail ! Charge ensuite aux intervenants de les reprendre et les intégrer dans leurs apports suivants.

Choix courageux
L’un comme l’autre ont émaillé leurs propos d’exemples tirés de leur propre expérience et cheminement ou de leur pratique professionnelle, offrant des figures d’humanité accessibles et en chemin. Amour et vérité, patience et respect, avec l’attention à demeurer en chemin sans s’endormir : quelques attitudes encouragées de concert. Avec la vigilance également à se positionner dans une juste distance à l’autre…
Au fil des échanges, une forme de bonne nouvelle affleure : si nous éprouvons de l’angoisse, c’est que nous sommes vivants, tant cette réalité est constitutive de notre condition humaine. Que cette angoisse concerne notre corps (avec la peur de la maladie, du handicap, de l’accident, de la souffrance…), notre recherche de « bien » (avec la peur du rejet, de l’échec, du ridicule, du jugement de l’autre…), ou notre besoin de sens (avec la peur de l’absurde, de la différence de l’autre, de la folie)…

Passeurs au nom du Christ
Lors de sa prise de parole finale, Nicole Fabre, qui rencontrait Fondacio pour la première fois, s’est dite frappée par la qualité du climat de travail et la richesse des échanges lors des deux jours, elle a mentionné un « choix de thème courageux  » chez des personnes perçues comme «  créatives à travers leurs questions » !
Jean-Marc Liautaud a invité les participants à être «  hospitaliers de ces quêtes spirituelles qui peinent à s’exprimer aujourd’hui… Etre passeurs au nom du Christ : ces hommes et ces femmes authentiques, en accueil de leurs propres richesses et angoisses, et donc de leur fragilité fondamentale, capables de demeurer dans une mémoire vive de leurs chemins de passages… Capables d’écouter et accompagner des compagnons de route y compris dans leurs traversées de l’en-bas, en grand respect du chemin de chacun  »…
Résumé possible, en forme d’hommage au père Edouard Pousset, jésuite, qui a inspiré beaucoup de parcours à Fondacio : il s’agit de « Vivre en êtres spirituels dans l’humilité de la chair  ».

Odile Foch

JPEG - 28.8 ko
Bouquet qui a décoré la salle tout au long du week-end. Véritable parole en silence !

Quelques pépites du week-end à découvrir...

- « Le salut, c’est la conscience que Dieu me fait échapper à un grave danger » [Véronique Margron]
- « Les images sont des déguisements assez commodes pour dire ce qu’on a du mal à dire » [Nicole Fabre, qui dans sa pratique, peut faire travailler en rêve éveillé]
- « Si vous trouvez que rien n’a de sens dans ce monde, fabriquez-le ! » [Nicole Fabre à un de ses patients profondément désabusé]
- « L’aventure chrétienne, c’est le courage d’accepter d’être accepté » [Paul Tillich]
- « Chez vous c’est avant tout la communauté (et ses multiples médiations, ndlr) qui accompagne » [Christian Dioré, assistant ecclésiastique de Fondacio]
- « Le fondement de ce qui n’est pas une identité morte et plate, sans mouvement ni devenir, c’est une vie créatrice » [Paul Tillich]


Bibliographie express, pour aller plus loin…

- Il est mort, celui que j’aime, Nicole Fabre, L’Esprit du temps.
- Voyage en désespérance, Nicole Fabre, Cerf.
- Le courage d’être, Paul Tillich, Labor et Fides.
- La traversée de l’en-bas, Maurice Bellet, Bayard.
- L’épreuve ou Le tout petit livre de la divine douceur, Maurice Bellet, Desclée de Brouwer.

Evénements
août 2020 :

Rien pour ce mois

juillet 2020 | septembre 2020




Coordonnées : Maison Notre Dame - 23, rue de l'Ermitage - 78000 Versailles | Mentions légales | Conception réalisation | Contact