logo_article

Accueil > Témoignages - paroles > Dieu existe-t-il ? Qui est-il pour moi ?

Dieu existe-t-il ? Qui est-il pour moi ?

Et si nous prenions le temps de nous poser la question...

Marie-Françoise, 63 ans, s’est interrogée à ce sujet. Elle nous fait part de son cheminement personnel...

« J’ai grandi dans un milieu rural où Dieu s’enseignait comme l’Histoire et la Géographie et où l’on n’avait pas l’habitude de remettre en cause ce que disaient les gens instruits. On y respectait le savoir et l’érudition et l’on savait se soumettre, avec pragmatisme et humilité, aux lois de la nature, à ses rythmes, à ses aléas. Je suis issue de cette culture. J’ai donc appris Dieu tel qu’on me l’a enseigné. En outre, mon tempérament ne m’impose pas de tout comprendre, si bien que j’ai une ouverture naturelle au mystère, à l’indicible.

J’aurais pu naître dans un autre milieu, avec d’autres repères, d’autres vérités reçues ou adoptées. J’aurais pu naître dans un milieu où le besoin d’absolu se manifeste ailleurs, comme dans un engagement humanitaire, syndical, politique, artistique…. J’aurais pu, comme beaucoup, sans nommer Dieu, avoir une vie harmonieuse, riche, engagée, pleine de sens et rayonner de cohérence et d’intégrité.

J’aurais pu, enfin, sans l’appeler Dieu, avoir compris que l’indéfinissable, l’infini en nous, c’est l’AMOUR.

J’aurais aussi pu naître dans un milieu où la soif d’absolu reste silencieuse, éteinte, taboue peut-être…

Pour ma part, je n’ai jamais vraiment douté de l’existence de Dieu. Cependant, j’avais peu conscience de sa présence dans ma vie, je n’avais d’ailleurs pas appris à en reconnaître les signes. Il était abstrait et extérieur. Si bien que qu’une fois passés l’adolescence et les cours de philo, la question de Dieu a cessé de m’intéresser pendant quelques années.

Puis il y eut « la rencontre ».

J’avais 26 ans.
Lors d’un stage professionnel de formation humaine, j’ai eu brusquement conscience de la fatuité de ma vie, d’une absence de consistance, d’une absence de sens… Je me sentais superficielle … J’ai eu à ce moment-là l’impression de ne pas vivre ma vraie vie, une affreuse sensation de ne pas habiter chez moi.
J’ai reçu la conscience aigüe de la pauvreté de ma vie, avec tristesse profonde et désespoir. Alors que je me confiais à un formateur, je me suis sentie comme visitée, aimée au plus profond de moi dans ce que j’avais de plus misérable. Peut-être est-ce le fruit de mon éducation, j’ai reconnu cette présence et immédiatement je l’ai appelée Dieu.
Cadeau inestimable que cette rencontre à l’intime de moi-même. Il me rejoignait au cœur de mes fragilités.

J’ai expérimenté sa compassion, sa délicatesse et surtout son infinie tendresse.
Je comprenais que le lieu de Dieu, c’est l’homme.
Toutes les images que j’avais de LUI tombaient les unes après les autres : le Dieu lointain, inaccessible, moralisateur, le Dieu qui juge et condamne, le Dieu qui punit et récompense, le Dieu tout puissant qui a un pouvoir sur notre vie, nos bonheurs et nos souffrances, le Dieu qui se mérite. Il m’apparaissait soudain que ce n’était pas la morale apprise dans les catéchèses qui primait mais l’amour, que le fondement de la loi importait plus que la loi elle-même. Ma manière d’envisager la vie a changé quand j’ai su qui était le Dieu auquel je croyais. Le Dieu qui me révèle la vacuité de ma vie, et qui simultanément m’indique mon chemin.

J’ai vécu cette expérience avec émotion. Elle a fondé ma foi et ma vision de l’homme. J’ai fait l’expérience de cette joie profonde d’être aimée et d’aimer. Il est devenu cet autre à qui je pouvais me confier. J’ai compris que de lui me viendraient l’amour et la liberté, comme d’une source.

Aujourd’hui encore, je reste convaincue que le contrôle total sur ma vie n’est pas le chemin qui me convient. Je ne suis pas faite pour vivre à la seule force de mon poignet. Je dois m’accommoder de mes fragilités, me réconcilier avec mon humanité.

Cette expérience, bien qu’elle n’ait pas fait disparaître mes limites et mes défaillances, m’a apporté l’espérance. Cette parole : « Je suis la Vérité et la Vie  » a pris sens pour moi : Au jour le jour, cette Vie m’est donnée et je la reçois. Demain, la Vie qui me sera donnée sera nouvelle, et ma capacité à la vivre sera renouvelée, ma capacité à aimer, à pardonner, à oser la confiance, ma capacité à devenir plus libre…

Cette nouvelle alliance entre Dieu et moi n’est pas installée une fois pour toutes. Dans ma vie de tous les jours, je continue à avancer vers elle. J’essaie de faire vraiment connaissance avec Dieu, d’apprivoiser peu à peu les textes et les rites. Je cherche les signes de sa présence aimante pour ne plus douter de sa bienveillance.

J’ai découvert qu’avec lui tout devient chemin d’humanité : l’échec, la faiblesse, la fragilité, l’épreuve ….tout ce que je vis a vocation à m’entrainer vers le meilleur de moi-même. Vraiment, je crois cela.
Quand je me sens submergée de tendresse pour maman désormais tellement vulnérable... et que j’essaie de l’accompagner dans ses changements de vie, je me sens bénie, moi-même accompagnée par cet amour divin.
Quand j’ai dû affronter la maladie et la souffrance de mon mari, j’ai senti dans mes réserves de tendresse et de patience une douceur et une force inédite : la main de Dieu.
Mais Dieu se dit aussi pour moi dans les innombrables détails de ma vie ordinaire : le jus d’orange et l’odeur du café le que mon mari prépare le matin. Le coup de fil affectueux de mon fils dans un moment difficile Une attention délicate d’une amie et toutes ces petites paroles de bonté qui jalonnent notre vie.

Dieu est comme un appel d’air qui me fait le chercher sans cesse. La vie avec lui, c’est quand je suis ouverte intérieurement, quand je laisse l’amour reprendre sa place au centre de ma vie. Alors peut s’exprimer le meilleur de moi, le plus joyeux, de plus libre, le plus doux, et ça vaut mieux que tous les conforts.

Croire pour moi, c’est la confiance et l’espérance. Croire en Dieu, selon moi, c’est croire qu’un amour accompagne l’humanité et que chacun est aimé. »

Marie-Françoise

Evénements
septembre 2021 :

Rien pour ce mois

août 2021 | octobre 2021




Coordonnées : Maison Notre Dame - 23, rue de l'Ermitage - 78000 Versailles | Mentions légales | Conception réalisation | Contact