logo_article

Accueil > Pour réfléchir > La souffrance est inacceptable...

La souffrance est inacceptable...

Marie-Christine est membre de Fondacio en Belgique. A l’occasion d’une lettre éditée par le conseil de Fondacio Belgique, il lui a été demandé d’écrire ces quelques lignes sur un thème qui la touche de très près : la pauvreté physique. Ce témoignage est enseignant ! Nous vous le livrons ici...

Avec mon handicap, cela me paraissait logique que le Conseil de Fondacio Belgique me propose de faire l’Edito de la Lettre sur ce thème de la pauvreté physique... Logique mais pas évident !!! Face aux personnes qui souffrent, je me sens si petite, si démunie… Que dire, que faire ? De quel droit, même handicapée, prendre la parole, si ce n’est pour dire, ce que je dirai à Dieu quand je le rencontrerai en tête à tête : la souffrance est inacceptable, elle me révolte et je ne comprends pas !

"Tu as du prix à mes yeux..."
Adolescente, j’ai refusé cette image de Dieu Amour et qui me voudrait handicapée. J’ai beaucoup cherché, longtemps interrogé Dieu lui-même. La seule réponse qu’il m’ait donné au plus profond de moi-même et tout au long de ma vie, c’est « je suis avec toi ». Comme il le dit dans Isaïe ch 43, « tu as du prix à mes yeux, si tu traverses les eaux, elles ne te submergeront pas ». Il ne m’a pas dit que ma vie serait sans difficulté, il m’a juste dit qu’il est avec moi. Et ça change tout !

pauvrete

Invités à être avec celui qui souffre
Jésus, tout au long de l’Evangile, n’a pas donné d’explication au mal, à la souffrance mais il a donné la priorité aux pauvres, aux souffrants, aux plus fragiles. Il a guéri les malades. Le Christ ne tente aucune justification de la souffrance et de la mort. Il les combat. De même, nous chrétiens sommes invités à être avec celui qui souffre, pour combattre à ses côtés de toutes nos forces, de tout notre temps. Cela ne sert à rien de dire à l’autre « Dieu est avec toi », si moi je ne suis pas là parce que j’ai peur de ne pas savoir quoi dire, quoi faire.
Ce que j’aime chez les enfants, c’est qu’ils ne détournent pas leur regard. Ils viennent et me demandent « qu’est ce que tu as ». Alors je reste quelqu’un et la relation est possible. Je dirai même que le handicap devient un atout mais combien de regards d’adultes se détournent ou pire encore, se retournent quand je suis passée.
Jésus ne se détourne pas de l’aveugle (Jean ch 9), il ne se contente pas non plus de mettre une piécette dans sa sébile. Il voit l’aveugle, il lui parle, il le guérit pendant que les disciples eux discutent : qui a péché ? Lui ? Ses parents ? Qui est responsable ?

La vie a un moteur puissant...
Aujourd’hui, de plus en plus, ce qui me heurte c’est que l’on cherche des responsables à la souffrance … les médecins, les parents … Est ce que cela m’aurait aidé de savoir qui a été responsable que le virus de la polio croise ma route ? Ce qui m’est demandé, ce qui m’est donné, c’est de vivre. Point. La vie a un moteur puissant, l’Espérance. Sans ce moteur, on s’écroule. Qui nous donne donc l’espérance contre toute espérance ? Si ce n’est Celui qui est venu consoler nos larmes, qui a lui-même traversé la souffrance, la déchéance physique et la mort.

Evénements
décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020




Coordonnées : Maison Notre Dame - 23, rue de l'Ermitage - 78000 Versailles | Mentions légales | Conception réalisation | Contact